Le rooibos, du « thé rouge » ?

juillet, 2014

Bien que dans la culture populaire, on appelle le rooibos « thé rouge », cette plante de la famille des légumineuses n’a en fait rien à voir avec le thé. En effet, le rooibos est issu d’une plante appelée Aspalathus Linearis. Il ne contient pas de caféine et peut donc être bu en tisane à tout moment de la journée ou de la nuit. Le rooibos ne contient que très peu de tanins et ne risque donc pas de devenir amer, même lorsqu’il est infusé longtemps. Avec son goût naturellement sucré, il se prête bien aux infusions chaudes ou froides! Le thé, quant à lui, provient du Camellia Sinensis, plante à la base tannique qui contient de la caféine en plus ou moins grande dose selon le cru choisi.

Son origine

Il y a un peu plus de 3 siècles, les indigènes du Sud de l’Afrique utilisaient déjà le rooibos pour en faire des tisanes, le plus souvent pour ses vertus médicinales. Cependant, ce n’est que vers 1930 qu’on a commencé à le cultiver à des fins commerciales. C’est finalement au moment de l’apartheid, en 1994, qu’il a été popularisé à travers le monde entier. Aujourd’hui, environ 300 grandes productions et moins de 200 petits producteurs en assurent la culture.

Cet arbuste, qui peut parfois atteindre une hauteur d’environ 2 mètres, pousse uniquement dans l’ouest de l’Afrique du Sud, dans la région montagneuse de Cederberg. Une altitude de 450 à 900 mètres, des sols sablonneux et des pluies rares sont les conditions essentielles pour sa croissance.

Digestif et anti-inflammatoire!

De nombreux bienfaits sont attribués à cette plante miraculeuse.  Les natifs d’Afrique du Sud comme les scientifiques reconnaissent les propriétés digestives du rooibos. Les Sud-Africains l’utilisent d’ailleurs afin de réduire les coliques chez les nourrissons. Cette tisane étant définitivement alcaline, le rooibos soulage les troubles d’acidité gastrique mais aide aussi à réduire les douleurs chroniques dues à l’inflammation telles les douleurs arthritiques.

Une plante au milles et une vertus

Riche en antioxydants, son infusion aiderait à diminuer les risques de détérioration du cerveau, donnant lieu à des maladies comme l’Alzheimer. Des études ont également démontré que cette tisane réduit l’hypertension et qu’elle possède des propriétés anti-spasmodiques. Des recherches présentement en cours semblent, quant à elles, démontrer que le rooibos inhiberait le développement des cellules cancéreuses grâce à ses propriétés antimutagènes.

Une bonne tisane de rooibos, qu’elle soit consommée chaude ou froide, parviendra à gagner le cœur de chacun. Retrouvez cette plante, seule ou dans des mélanges originaux, ici.

Ici : https://chayi.ca/product-category/nos-thes-et-tisanes/?cnpf=1&cnep=0&attr_nos-thes=74

 

Sources :

Leclercq, M. (2010). Le rooibos : dynamiques locales autour d’un produit marchand à succès, révélatrices d’une société sud-africaine plurielle (Thèse de doctorat, Muséum national d’histoire naturelle). Repéré à http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/57/05/97/PDF/Rooibos_These_Maya_Leclercq.pdf

Ollier, C. (2006). Le rooibos, thé rouge (red bush tea). Pharmacognosie. Printemps 2006(4), 188-193. DOI 10.1007/s10298-006-0180-8

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.